samedi 22 octobre 2011

Pique nique douille...

C'est toi l'andouille ! L'andouillette même... Si on se réfère à cette nouvelle sortie médiatique de Mémé Lenchon. Alors que les finances françaises sont examinées à la loupe par l'agence de notation Moody's (histoire de nous faire perdre la trop fameuse note AAA liée à nos dettes souveraines), le candidat du Front de gauche s'est illustré de façon originale en allant manifester dans l'enceinte même de cette agence à Paris comme le rapporte cet article publié par le site Marianne. Au cri de "nous ne sommes pas des andouillettes AAA", les manifestants ont voulu frapper l'opinion sur le rôle nauséabond de ce type d'entreprises pouvant mettre au pas n'importe lequel des gouvernements démocratiques. Bref, une action symbolique que nous partageons sauf que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas savoir comment cela se passe dans la réalité. En gros, il se trompe une fois encore d'adversaire... Les agences de notation sont une sorte de garantie pour les investisseurs du monde entier. Même si ces dernières n'ont pas vu les dernières tempêtes, il n'en demeure pas moins que leur rôle est déterminant dans la confiance qu'accordent les investisseurs dans un placement plutôt qu'un autre. Pourquoi acheter de la dette française plutôt que grecque ? Parce que dans le premier cas, on est quasiment certain d'être remboursé tandis que dans le second cas, les risques encourus seront compensés par un fort taux d'intérêt. Clouer ainsi au pilori les agences de notation n'est pas honnête. Si les états ont des dettes, ce n'est pas la faute des agences. De même, si ils sont obligés de payer des intérêts sur ces dettes, ce n'est toujours pas la faute des agences. Monsieur Mélenchon devrait plutôt se poser la question du "pourquoi de ces dettes abyssales". Il se rendrait compte que ce vol organisé est issu de la loi Pompidou-Giscard du 3 janvier 1973 retranscrite dans l'article 123 du traité de Lisbonne. Or, quid de notre appartenance à l'Union Européenne pour reprendre notre souveraineté monétaire ? Pour lui, il hors de question que la France sorte de l'euro et de l'UE... Ou comment Don Quichotte tentait de se battre contre des moulins à vent. Au fait Monsieur Mélenchon, l'agence Standard and Poor's envisage la même rétrogradation de la note française comme nous le signale ce papier publié par le Figaro. On vous indique tout de suite l'adresse ? Une chose est certaine, les seules andouilles que l'on connaisse se nomment contribuables et sont bien loin des préoccupations de Mémé Lenchon...


Mélenchon : "Nous ne sommes pas des... par NouvelobsBlogger

4 commentaires:

  1. @apocatime que j'estime : pas idiot du tout, lui s'en fout plein les poches ! Ce sont les gogols (gogoys) derrière qui le sont !

    RépondreSupprimer