jeudi 3 novembre 2011

Insupportable propagande...

Ah la construction européenne ! Ce si bel "édifice" que le monde entier nous envie (au point de l'avoir reproduit nul part ailleurs...!) doit absolument être protégé coûte que coûte contre ces "vilains" souverainistes qui veulent à tout prix défaire une si belle oeuvre économique et sociale, un si bel ensemble démocratique,... C'est en substance cette "petite musique" que nous font subir tous les mondialistes depuis que Papandréou a osé dire qu'il allait organiser un scrutin dans son pays. Il est vrai que dans cette Europe parfaite, demander l'avis du peuple constitue un crime de lèse-majesté pour nos Maîtres. On en sait quelque chose ici en France quand nos politiciens se sont ouvertement assis sur les résultats du référendum de 2005 relatif à la constitution européenne... Toujours est-il que six ans après, jamais on avait vu une telle propagande pour le "plus d'Europe", le "toujours plus d'Europe", le "encore plus d'Europe",... Pourtant il y a eu des élections européennes en 2009. Pourquoi on ne les entendait pas il y a deux ans ? Bref, vous l'avez compris : la situation est grave ! Si la Grèce quitte la Zone euro, c'est qu'elle fait défaut sur ses dettes. Et si tel est le cas, c'est "l'Armageddon financier". La plupart des banques et assurances du monde seraient instantanément ruinées. Du coup, nos Maîtres ont trop à perdre et font en sorte de nous bourrer le mou à outrance. Avec des sondages comme nous le montre ce papier publié par l'hebdomadaire Challenges. "Le retour au franc tente très peu de Français", ajoutant même que 3 Français sur 4 estiment que la France a intérêt à conserver l'euro comme monnaie... Ben voyons ! L'intérêt de la France est de pouvoir agir sur sa monnaie en reprenant sa liberté de création monétaire et en pouvant agir sur les taux. Rappelons cependant que le magazine Challenges appartient à Claude Perdriel, ancien associé d'Edmond de Rothschild, ancien dirigeant du Nouvel Observateur, ancien propriétaire de messageries roses sur minitel (3615 Aline... j'adore...!), et ardent défenseur de la construction européenne depuis toujours... Quelle caution ! Et que dire des propos prononcés ce matin par la patronne du MEDEF, Laurence Parisot. Elle s'engage à fond pour les "Etats-Unis d'Europe"... "Même Churchill avait envisagé et rêvé de cela. Aujourd'hui, nous pouvons le faire. Il y a même un profond enthousiasme à l'égard de cette idée". Eh Laurence ! Tu as fumé quoi ce matin ? En tout cas, elle aurait bien fait de rappeler à nos compatriotes ce que Churchill avait aussi dit à De Gaulle, à la veille du débarquement en Normandie. "Sachez le Général ! Chaque fois qu'il nous faudra choisir entre l'Europe et le grand large, nous serons toujours pour le grand large. Chaque fois qu'il me faudra choisir entre vous et Roosevelt, je choisirai Roosevelt". De même, Parisot aurait bien fait de parler du marché transatlantique que l'Union Européenne est en train de négocier secrètement. Lequel n'est que la préfiguration d'un Empire euro-atlantiste à volonté hégémonique planétaire... Bref, vous l'avez compris ! Nous ne voulons pas de leur Nouvel Ordre Mondial et nous nous battrons pour empêcher sa réalisation. Il en va de la survie de nos enfants et petits enfants...


Parisot entrevoit l'euro sans les Grecs par Europe1frBlogger

2 commentaires:

  1. Je reste sans voix face à l'hérésie de ces fous et de ces folles !

    RépondreSupprimer
  2. Il ne faut pas s'inquiéter : la Résistance se met en place...

    RépondreSupprimer